Marques et Musiques

Adrien Marchand de Ricard S.A. Live Music : “On est une équipe de 3 personnes passionnées, on fait vraiment partie de la filière musicale, c’est peut-être aussi cela qui nous différencie des autres”

Rares sont les marques qui produisent elles-mêmes leurs événements et leur contenus, sans passer par des agences ou des sociétés de production tierce. C’est le cas de la société Ricard, qui défend depuis plus d’un quart de siècle la musique live. Adrien Marchand, chef de projet musique / événementiel chez Ricard depuis 5 ans, nous en dit plus sur les liens étroits que lui et ses prédécesseurs ont tissé avec la filière musicale en France :

1/ Marques et Musiques : Ricard et la musique ce n’est pas une évidence sur le papier, comme tout cela a commencé et peux-tu nous présenter Ricard S.A. Live Music en quelques mots ?
Adrien Marchand : Ça a commencé il y a longtemps… La musique a toujours fait partie de l’ADN de l’entreprise. Dès les années 50 il y a eu des concerts produits par Ricard sur des événements ! On a au début été le partenaire plutôt technique de ces événements. Ça s’est vraiment professionnalisé et recentré autour d’une idée et d’une structure qui s’appelle Ricard S.A. Live Music en 1988. Un projet de mécénat avec 2 objectifs : offrir des concerts gratuits à la population, et soutenir la jeune création, la jeune scène, avec un partenariat mis en place avec le FAIR dès 1989. Aujourd’hui Ricard S.A. Live Music c’est toujours l’organisation de concerts gratuits tout au long de l’année, c’est toujours le soutien aux jeunes artistes à travers le FAIR, mais aussi à travers notre propre dispositif, et c’est aussi le partenaire des grands événements de la filière musicale.

2/ Marques et Musique : Ricard est présent dans la musique depuis 25 ans. Quelques chiffres pour illustrer cette implication sur le long terme ?
Adrien Marchand : Depuis 1988, ce sont plus de 500 concerts produits par Ricard S.A. Live Music, et plus de 7 millions de spectateurs exposés à nos événements.

3/ Marques et Musiques : Au-delà des chiffres il y a forcément eu quelques grands moments. Peux-tu compléter cette phrase « Saviez-vous que Ricard S.A. Live Music a notamment…. »
Adrien Marchand : …a notamment fait jouer The Cure sur la place de la République en 1990 devant 30 000 personnes…. a sa propre scène, construite en 1988, que l’on continue à utiliser à l’occasion de la fête de la musique le 21 juin ou sur des festivals… a permis aux Naive New Beaters de rencontrer le magicien Dany Larry, et a permis au passage au chanteur des NNB David Boring de se faire littéralement couper en deux !

Teaser de la Tournée Ricard S.A. Live Music 2013 avec les Naive New Beaters (David Boring découpé en deux à 01:40)

4/ Marques et Musiques : Aujourd’hui l’année type Ricard S.A. Live Music ça donne quoi ? Quels ont étés et seront les temps forts de septembre 2013 à août 2014 ?
Adrien Marchand : Pour ça je t’encourage à aller voir notre site qui possède une timeline, sur laquelle tu retrouveras toutes nos actualités ! Mais en gros :
Tout au long de l’année, nous programmons des soirées à la Flèche d’Or en partenariat avec le Fair.
En fin d’année, nous mettons en place le Prix Ricard S.A Live Music sur notre site qui nous permet de révéler notre lauréat en février et partir avec lui sur la tournée Ricard S.A Live Session : une dizaine de concerts dans les salles françaises au printemps en première partie d’une tête d’affiche. Après la tournée vient notre grand concert pour la Fête de la Musique organisé avec le Fair sur notre scène à Paris, suivi de la saison des festivals avec lesquels nous mettons en place des partenariats.
Et nous allons aussi mettre en place un nouveau rendez-vous en partenariat avec le Laboratoire de Curiosités, qui est une asso « DIY » qui aide les jeunes artistes et avec laquelle nous allons organiser des showcases au QG de Ricard S.A Live Music. Ces évènements privés baptisés « Les Curiosités » auront pour objectif de faire jouer des artistes non-signés devant des professionnels de la filière musicale et leur trouver ainsi des partenaires.

5/ Marques et Musiques : Les autres alcooliers sont très présents en festivals (Kronenbourg et Heineken notamment), avec de gros moyens (bars, visibilité, actions grand public). Quel sont vos rapport avec les festivals et qu’est-ce que vous y faites ?
Adrien Marchand : Nous sommes un partenaire de contenus sur les festivals. Les marques que tu cites ont leurs produits vendus sur le site grand public, ce qui n’est pas notre cas (NDLR : les licences de festivals ne permettent pas de vendre d’alcools forts). Nous somes plutôt un partenaire de contenus sur les festivals : Nous produisons régulièrement des live reports vidéo (Marsatac 2013), des live reports photo (Pitchfork 2013), et nous profitons surtout de ces festivals pour leur proposer de programmer notre Lauréat annuel. Nous sommes également un partenaire technique, et nous sommes amenés à proposer et installer notre scène comme scène supplémentaire sur certains festivals (Rock Dans Tous Ses Etats 2013 par exemple). Nous avons beaucoup de demandes cette année, on espère qu’on pourra tout faire…

Live Report Jour 1 de Garorock 2013 par Ricard S.A. Live Music

6/ Marques et Musiques : Défendre la jeune scène et les groupes en développement, c’est très vertueux, mais quelles retombées peut-on réellement espérer autour d’artistes quasi inconnus et très peu médiatisés ?
Adrien Marchand : Nous sommes sur une activité de mécénat, donc cela fait vraiment partie de notre cahier des charges de soutenir la jeune scène. Que ce soit à travers le FAIR dont nous sommes mécènes, ou en notre propre nom avec le Prix Ricard S.A. Live Music. Ce qu’on en attend… ? C’est avant tout un pari. Parier sur des groupes, qui vont vivre des aventures incroyables, leurs premières grandes aventures professionnelles dans le monde de la musique grâce à Ricard S.A. Live Music. On espère bien entendu qu’ils s’en souviendront, et qu’au moment où ils seront amenés à réellement décoller ils continueront à garder une relation privilégiée avec nous, à nous citer, à donner envie à d’autres groupes de connaitre le même parcours…Après rien n’est écrit. Il n’y a pas de contrat. Pas de garantie. Si on ne s’attendait qu’à cela on serait déçu. Mais je pense que cela démontre aussi notre engagement dans la musique. On est une équipe de 3 personnes, on est tous les 3 passionnés, on fait vraiment partie de la filière musicale, c’est peut être aussi cela qui nous différencie des autres. On est acteur de ce milieu, on produit nos événements, on se bat pour les groupes.

7/ Marques et Musiques : Du coup quels sont vos objectifs à l’année ? Quels sont les indicateurs qui vous permettent d’évaluer la réussite à l’année de votre mission ?
Adrien Marchand : Les indicateurs sont simples : le nombre de retombées presse, l’impact éditorial de ces retombées, que nous faisons valoriser, ce qui nous permet de voir, en fonction des investissements nets effectués dans l’événementiel, la valeur du « earned media ». Il y a ensuite ce que l’on peut mesurer sur le web : trafic du site web, fans Facebook, followers Twitter…
Dans les objectifs, il y a bien sûr un objectif d’image. On veut être considéré comme un acteur crédible du monde de la musique. On a un objectif auprès de la filière et de ses acteurs (artistes, maisons de disque, journalistes), et auprès du public qui doit pouvoir témoigner des bons moments qu’il passe lors de nos événements labellisés Ricard SA Live Music.

8/ Marques et Musique : Pas mal de changements depuis la rentrée : nouveau site, nouveau logo. Qu’est ce qui a motivé ces changements assez radicaux ?
Adrien Marchand : Le logo précédent a été créé à l’époque ou Ricard S.A. Live Music était avant tout et presque uniquement une tournée. Donc on avait un côté très événementiel qui devait ressortir dans le logo. Sauf que maintenant avec le développement du digital, je considère plus Ricard S.A. Live Music comme un label qui s’exprime à l’année. Il nous fallait donc un logo qui représente plus ce côté label, plus statutaire. On ne veut être considéré comme un tremplin de plus pour les groupes en développement, mais vraiment comme un dispositif qui apporte un réel soutien aux artistes. Il était donc important pour nous de renouveler notre identité visuelle afin qu’elle colle plus à nos envies et à la direction que nous souhaitons prendre. Nous avons donc fait appel à Akroe par l’intérmediaire de notre agence Uzik et nous sommes ravis du résultat.
Et qui dit nouvelle identité visuelle dit nouveau site internet. Donc dans la foulée nous avons lancé le grand chantier du site web, qui est en ligne depuis octobre dernier.

Découvrez le nouveau site http://ricardsa-livemusic.com/
adrien-marchand-ricard-sa-live-music-label-production-studio

9/ Marques et Musiques : Le dispositif « Lance toi en Live » devient cette année « Le Prix Ricard S.A. Live Music ». Qu’est-ce qui va changer ? Quelles infos souhaites-tu donner aux groupes qui n’auraient pas vu passer l’info ou qui se posent des questions ?
Adrien Marchand : Effectivement « Le Prix Ricard S.A. Live Music » c’est la nouveauté cette année. C’est aussi une certaine continuité, puisque cela s’inscrit dans la foulée de ce qu’on a pu faire avec des groupes comme Twin Twin, Namasté, Mrs Good ou dernièrement Colours In The Street. On a décidé cette année de faire venir un jury composé de personnes venues de différents horizon de l’industrie musicale pour pouvoir avoir des avis très représentatifs de ce qui se fait dans la musique. Au niveau de la promesse elle reste la même : un soutien d’un an de notre part. Ce soutien se traduit dans les faits par la participation à notre tournée, une vraie sortie de EP chez notre partenaire Believe Recordings avec un soutien promo, une attachée de presse, un budget marketing derrière, la participation aux festivals dont nous sommes partenaires, un soutien matériel avec Yamaha, une formation en management d’artistes à l’IRMA, du coaching scénique au studio des variétés. On essaye de couvrir tous les besoins d’un groupe.
Donc les conseils que je pourrais donner aux groupes qui s’y intéressent : suivez-nous sur les réseaux sociaux pour ne pas manquer le lancement le 4 décembre, préparez un titre audio et une vidéo, supports indispensables pour participer. Soignez bien ces supports qui sont essentiels afin que vous soyez bien opérationnels au moment de votre candidature.

Le Teaser du Prix Ricard S.A. Live Music

10/ Marques et Musiques : La législation est-elle selon toi trop dure avec les alcooliers ? Est-ce que c’était mieux avant ?
Adrien Marchand : Moi j’ai pas connu avant ! Donc je ne peux pas comparer. Mais je ne pense pas que la législation soit dure. Je pense qu’elle est juste. Quand je vais à l’étranger et que je vois des publicités à la télé avec des filles en bikini pour vendre de la bière, je me dis que ce n’est pas plus mal qu’on soit un peu bridés ici en France. Ça oblige notre filière à être plus créative dans ses publicités. Mais de toute façon, notre activité étant dans le mécénat, nous ne tombons pas sous le coup de la loi Evin, mais nous devons en revanche bien respecter le cahier des charges du mécénat qui est également assez contraignant mais dont nous avons toujours su respecter les règles et les codes, quitte à s’adapter. Je ne pense donc pas que la loi soit trop rigide. Je crains que si ça ne l’était pas il y aurait pas mal de dérives. J’imagine en revanche qu’il y a pas mal de festivals qui préféreraient que cela s’assouplisse car quand tu vas à l’étranger, tu as des partenaires alcooliers qui peuvent investir beaucoup plus dans le projet car ils peuvent obtenir énormément de visibilité voir être partenaire titre (NDLR : Heineken Jammin Festival en Italie, San Miguel Primavera Sound Festival en Espagne). Mais bon, si en France on arrive à boucler les budgets des festivals sans cela, c’est peut-être pas plus mal…

11/ Marques et Musiques : L’arrivée des réseaux sociaux vous a sans doute redonné une part de liberté ? Quelle est l’utilisation que vous en faites ?
Adrien Marchand : Nous les utilisons comme des relais de toutes nos opérations, de tous nos événements, c’est un moyen d’être en contact direct avec toutes les personnes qui s’intéressent à ce que nous faisons. Encore une fois, nous faisons les choses nous-même et ne passons pas par une agence pour notre community management car nous pensons que personne d’autre que notre équipe ne peut incarner note projet. Cela n’a pas été compliqué en interne à mettre en place car je pense qu’il y a une confiance qui nous est accordée, et le process de décision est assez rapide, on n’a pas à souffrir des circuits de décisions parfois très longs dans les entreprises, et qui sont totalement incompatibles avec une activité efficace sur les réseaux sociaux. On a des guidelines mises en place avec notre service juridique, et cela fonctionne très bien. La communication web est un réel facilitateur dans notre communication car cela nous permet de promouvoir nos actions, d’échanger sur Facebook, de diffuser des contenus sur Youtube, d’interagir sur Twitter… Pour nous c’est un énorme avantage.

La page Facebook Ricard S.A. Live Music
adrien-marchand-ricard-sa-live-music-label-production-studio-2

12/ Marques et Musiques : Ricard S.A. Live Music dans 10 ans, tu imagines ça comment ?
Adrien Marchand : J’imagine que ça continue ! Il y a déjà 25 années d’histoire derrière nous, ce serait vraiment idiot de détruire un tel investissement… Je me suis jamais posé la question en fait… La promesse pour notre jeune talent devient chaque année un peu plus poussée, peut-être qu’on arrivera un jour à monter un label, et à s’attaquer à la production en studio. Pour l’instant c’est un des seuls aspects qu’on n’a pas attaqué. Donc pourquoi pas produire un album pour ensuite le distribuer, puis aller produire le groupe sur notre scène et nos festivals partenaires. En tout cas j’espère toujours plus d’événements. Si on devait enfoncer le clou on pourrait aussi faire 2 tournées à l’année, afin de fidéliser les lieux et le public, créer une vraie attente…

13/ Marques et Musiques : Pour terminer, peux-tu me citer 2 actions portées par des marques dans la musique qui t’ont particulièrement marqué ?
Adrien Marchand : Je pense à Converse qui a organisé des concerts dans des lieux atypiques comme des épiceries ou des garages, j’ai trouvé ça vraiment sympa et la programmation était vraiment top, ça collait bien à la marque.
Et je suis fasciné par ce que peut faire Red Bull. Récemment j’ai vu que 100 happy few ont pu assister à un concert ultra privé de Blink 182 au Red Bull Sound Space at KROQ pour les 10 ans de leur album mythique. Le tout en live stream vidéo et radio. J’ai regardé puisque j’ai toujours trouvé que c’était un excellent album malgré la réputation du groupe…voilà une confession qui ne vas pas m’aider pour ma « street credibility »…

Un grand merci à Adrien Marchand pour ces réponses. Retrouvez plus de témoignages de professionnel du secteur dans notre onglet “Interviews“.

Le site Ricard S.A. Live Music
En savoir plus sur le Prix Ricard S.A. Live Music

Article écrit par Thibault DANIEL

Auteur du post

Diplômé ESSEC BBA, directeur conseil chez HLWN Group (Halloween Agency et Pumpkins Agency)

Laisser un commentaire