Marques et Musiques

Le boom du placement de produits dans les clips musicaux

Le placement de produits au cinéma tient depuis 2012 son cas d’école avec le film Skyfall, durant lequel le célèbre agent 007 se siffle des Heineken à tout va au lieu de siroter son traditionnel Martini. La célèbre marque de bière hollandaise aurait cassé sa tirelire cette année là pour s’attirer les faveurs de James Bond, dépensant 60 millions de dollars en communication cobrandée Heineken / James Bond. Si on est encore bien loin de ces montants dans la musique, force est de constater que le placement de produit se développe de plus en plus dans les clips musicaux, et l’idée est loin d’être mauvaise quand on sait que les vidéos des plus grandes stars internationales sont largement diffusées sur les chaînes musicales, mais aussi et surtout sur Youtube où elles atteignent régulièrement plus de 100 000 000 de vues.

MyProductPlacement : la filiale de MyLoveAffair surfe sur la vague

Au sein de ce filon naissant, la société MyLoveAffair a flairé le bon coup, en lançant le site MyProductPlacement. Cette plateforme vise à mettre en relation les marques (et agences de pubs) avec les labels (et les artistes qu’ils représentent). S’il est difficile de trouver des chiffres officiels sur les collaborations ainsi mises en place, le principe reste souvent le même : la marque ou l’annonceur finance tout ou partie du clip de l’artiste ou de ses productions à venir, en échange de quoi les produits de la marque apparaissent à l’écran dans le montage final du clip. Des exemples récents montrent l’essor de cette pratique en France, du côté des artistes comme des marques : la collaboration entres les BB Brunes et Samsung (clip “Aficionado”) ou celle entre Alicia Keys et Longchamp (clip “Tears Always Win”) ne sont que 2 exemples parmi des 10aines d’autres.

Placement de produit Samsung dans le clip “Aficionado” des BB Brunes (à 00:45)

Placement de produit Longchamp dans le clip “Tears Always Win” d’Alicia Keys (à 00:54)

Renault Twizy et David Guetta : le très gros partenariat que fait office de cas d’école

Au jeu du placement de produits dans les clips, c’est la collaboration entre le DJ superstar David Guetta et le constructeur automobile Renault qui semble être l’opération la plus aboutie. C’est d’ailleurs la maison mère MyLoveAffair qui à réunit l’artiste et le constructeur. Il ne s’agit pas ici d’un simple “one shot” mais bien d’une collaboration dans la durée, au cours de laquelle les prise de parole commune se font à répétition. Ambassadeur de la Renault Twizy depuis mars 2012, David Guetta a mis en avant le véhicule dans pas moins de 4 de ses clips (voir ci-dessous). La Twizy apparaît plusieurs secondes dans chaque clip, de manière très marquée. Une visibilité non négligeable quand on sait que les vidéos totalisent au global pas moins de 286 000 000 de vues sur Youtube ! A cela vient bien sûr s’ajouter la visibilité acquise lors des diffusions “classiques” des clips en télé. De quoi créer une vraie relation et une vraie association dans l’esprit des consommateurs, qui attribuent ainsi au produit une partie de l’univers et de l’aura de l’artiste. Car c’est bien dans la durée que ce genre de projet doit s’inscrire, afin de crédibiliser l’association entre l’artiste et la marque, et par extension entre la marque et la communauté de fan de l’artiste. Le duo marque / artiste doit donc être astucieusement pensé et réfléchi, afin de créer une collaboration win-win.

“Where The Girls At” – David Guetta et Twizy (à 03:10)

“The Alphabeat” – David Guetta et Twizy (en intro et outro)

“Rest Of My Life” – Ludacris feat David Guetta et Twizy (à 01:45)

“Play Hard” – David Guetta et Twizy (à 03:07)

Site MyLoveAffair
Site MyProductPlacement

Crédit photo : Capture d’écran des 4 clips vidéos associant Guetta et Twizy

Article écrit par Thibault DANIEL

Auteur du post

Diplômé ESSEC BBA, directeur conseil chez HLWN Group (Halloween Agency et Pumpkins Agency)

3 Comments

  1. Six 04/09/2013 at 13:00

    Ce n’est pas my love affair qui a monté cette operatioń, ils ont ete consulté pour vendre les droits image de guetta La stratégie, le rapprochement entre marque et artiste et les placements produits n’ont pas été géré par MLA. C’est un travail des agences de pubs, labels et producteurs de l’artiste. La synchro a été directement traitée entre l agence et le label.

    • Thibault Daniel 05/09/2013 at 12:10

      Bonjour “Six”,
      les informations dont je disposais au moment de publier l’article allaient dans le sens d’une coordination et d’une supervision globale de l’opération par MyLoveAffair, ce qui ne veut bien sûr pas dire qu’ils ont géré le projet de A & Z, dans toutes ses étapes. Malheureusement je les ai sollicités avant de publier l’article pour échanger avec eux et ainsi vérifier tout cela. Sans retour de leur part, j’ai décidé de publier cet article malgré tout. Si vous avez des informations détaillées sur la manière dont le deal a été monté, je serais ravi de corrige l’article en conséquence.

      Thibautl

  2. GaelSolignac erlong 08/09/2013 at 10:54

    Effectivement, c’est le groupe Publicis qui a géré ce partenariat..L’agence MOXIE (ZenithOptimedia) a eu l’idée initiale de ce beau projet qui est un cas d’école d’intégration inter agence. Publicis conseil a conçu et produit le dispositif créatif avec le soutien de Digitas (digital), Publicis event, Moxie (gestion des placement produit, production des behind the scene, coordination artistique) et Laurent Guyot (RP).

    Pour info, MOXIE avait initialement proposé et dealé avec les DAFT PUNK..qui avaient donné leur accord puis ce sont rétractés..nous nous sommes ensuite tourné vers David et Cathy GUETTA (au final un duo peut être plus adapté aux objectifs de la campagne, un mal pour un bien). En négociant avec My Love Affair, l’agence de gestion des droits artistiques des Guetta.

Laisser un commentaire